The big reset: quelques commentaires

Avanti populo!

The big reset: quelques commentaires

1. Le Grand Reset est une théorie à laquelle les élites essaient de faire croire les gens.

Pourquoi ? Pour qu’ils ne croient pas une autre théorie. Laquelle ? Une théorie qui tient beaucoup mieux la route. Parce que faire table rase, cela permet de nier, de continuer à nier les lacunes, les abus, les déformations du système, sans lesquelles aucun privilège n’est possible. Cela permet de ne pas s’efforcer de résoudre la question du chômage qui permet de sélectionner toujours une même élite pour diriger les autres. Bref, c’est de l’organisation du travail. Elle consiste pour le moment à ne pas le partager. Mais avec Le Grand Reset, il sera possible d’exercer une surveillance telle des individus que cela reviendra à les programmer.
Et, ainsi, il sera possible de continuer, voire de recommencer à exploiter des gens de manière abominable. Par exemple en cas de restrictions énergétiques.

Les élites elles continueront à éluder l’impôt, à pomper toutes les ressources et les richesses qu’elles peuvent inventer et à les accaparer. Elles entretiennent ainsi le mythe de leur supériorité, et celui de celle de leur système économique.

Leur idéologie démocratique ne réduit pas complètement les peuples concernés à l’impuissance, et cela les agace. Mais elle leur permet néanmoins d’imposer leur idéologie à une partie du monde. Suffisamment que pour continuer à la dominer. Elle leur confère des moyens exceptionnels. Et les peuples ont toujours une longueur de retard. Ou d’avance si l’on tient compte d’un autre agenda : celui de leur émancipation.

Les élites se servent aussi d’une autre idéologie : l’humanitarisme. Pour le moment, si elles décident d’aider des gens qui ont été victimes d’un tsunami, et que les médias passent leur temps à évoquer ce tsunami, cela veut dire qu’on va investir dans des infrastructures et les priver de leurs maigres et dernières ressources, qu’on va leur envoyer de l’aide alimentaire, mais aussi mettre sur pied des usines où ils iront bosser pour trois fois rien. En fait, on va proposer à des investisseurs de la main d’œuvre. On met l’accent sur l’aide alimentaire, sur les ONG qui vont faire un état des lieux, des dégâts causés par le Tsunami, mais les ONG n’ont aucun pouvoir, elles n’ont aucun moyen, elles sont programmées pour servir de couverture. Et on omet complètement d’évoquer l’existence d’une nouvelle zone d’intérêt économique ou on la présente comme une solution miracle à la misère qu’on n’a fait en réalité qu’aggraver.

Ce système est basé sur des supercheries les unes après les autres. Bref sur des idéologies : démocratique, humanitaire.
Le Grand Reset est une supercherie comme les autres. C’est la poursuite du rêve d’un nouvel ordre mondial, inventé il y a trois quarts de siècle.

Cette supercherie sert à prétendre qu’on augmente la sécurité de tous. C’est bel et bien de l’idéologie sécuritaire. Cela veut dire en fait que les élites développent de nouveaux moyens de répression, de manière à être en mesure non seulement de nous priver de travail, mais de nous priver d’argent, du droit de circuler, et de détecter où nous sommes, et avec qui, en permanence. C’est la négation de toute privacy. La possibilité pour leur police de nous repérer quasiment instantanément même au fin fond de la jungle.

Le prétexte, c’est améliorer nos performances neurologiques de manière à rendre le cerveau plus efficace. C’est complètement absurde. Cela ne tient pas debout le moins du monde. C’est de l’illusion. Ce qui n’est pas de l’illusion, c’est le contrôle et la transformation génétique engendré par une pseudo-vaccination, par le recours mensonger à une pratique médicale complètement édulcorée, trafiquée. Loin de le rendre plus compatible avec les machines, et notre environnement, il s’agit avant tout de le conditionner à obéir et à se soumettre en toute circonstance à la hiérarchie sociale et professionnelle en vigueur en recourant à des méthodes classiques, à la menace de privations quelconques. Tout le monde va vouloir fuir en Russie. C’est aussi du taylorisme au carré.

Loin de se soucier enfin des problèmes qu’on a laisser s’aggraver sans fin, il s’agit au contraire de les laisser s’aggraver encore.

Les mots Grand Reset ne sont que des mots. Il ne s’agit pas de s’imaginer qu’on va tous se retrouver sur le même plan. Cela n’a évidemment rien à voir avec une quelconque égalité de tous, mais avec un changement radical d’organisation des rapports de travail et de l’organisation de la sécurité, bref avec les institutions politiques, avec les libertés. Une seule sorte de liberté sera préservée : la liberté économique. Qui implique la liberté de circulation pour les élites pas pour les autres. Bref dans le cadre précis qui convient à une petite partie du monde, à 0,1 % de l’humanité. La liberté économique est un mythe. Dès que les Chinois se mettent à concurrencer l’industrie de pointe américaine, fini le libre-échange, fini la liberté de marché. La liberté de marché sert à conquérir les autres marchés, pas à laisser les autres puissances économiques conquérir elles-mêmes des marchés. Elles imposent les règles économiques qui sont utiles à certaines puissances seulement, pas à toutes..

En fait, cette théorie ne tient pas la route, et c’est cela, qui intéresse les élites qui font état de cette théorie, qui prétendent l’imposer. Il suffira que vous protestiez, que vous manifestiez, pour que vous soyez privé de votre argent, ou de chauffage, ou forcé de payer des sommes exorbitantes. Les amendes seront directement débitées sur votre compte.

Une théorie du monde qui ne tient pas la route permet aux élites de s’occuper de toutes les catastrophes qu’elle et qu’elles suscite(nt), de leur donner les explications qui les arrangent, en abusant de la position qu’elles occupent, en d’autres termes du contrôle des moyens de communication de masse, en organisant le spectacle qui sert à duper les foules, en étant les premiers, sinon les seuls à commenter les évènements dont elles décident d’informer les masses, toutefois, à leur façon.

2. Pourquoi un Allemand, K. Schwab, anime-t-il le forum où toute ces personnalités qui mélangent tout se rencontrent ? Sans doute, parce que ce pays a perdu la seconde guerre mondiale, qu’il sert de bonne à tout faire, et qu’il faut une tête de pipe pour essuyer les plâtres.

3. Quelle est la différence entre avoir une séquence d’adn en soi et être infecté par un virus ? Différence qui fait toute l’inutilité du test PCR dont C. Dristen préconise l’utilisation pour diagnostiquer des infections par le Coronavirus ? Une infection est une modification de l’organisme. Toute présence d’un virus ne signifie pas qu’elle modifie l’organisme. Le test n’a pas de portée clinique, mais seulement scientifique.

4. En inventant une pandémie et en prenant des mesures, tous ces gens, le FEM, ou WEF, ont provoqué, aggravé la crise économique, encore une fois, dans le but de s’enrichir. Cette pandémie et toutes les mesures liberticides qui l’accompagnent qui ont aggravé la situation économique ont servi à les enrichir. Mais en appauvrissant les masses, elles les exposent à des grèves, à des protestations de plus en plus fortes. Cette crise économique, elle, ils vont tout faire pour la solutionner à leur façon. Et la crise sociale également. En limitant les libertés, en privant les gens de leur liberté. En les réduisant en esclavage.

En provoquant des guerres, et en en profitant, cependant, ils s’exposent à un retournement de situation. Cela peut aussi finir très mal.

Cela ne va pas durer longtemps, parce qu’un tel système est vraiment trop instable, mais hélas, cette instabilité peut inciter ce même WEF à prendre des décisions dramatiques, à déclencher un conflit nucléaire par exemple, en organisant une attaque nucléaire sous faux drapeau par exemple. Ils se permettent tout pas seulement en période de guerre. Seuls les autres ne peuvent rien faire. Ils ne peuvent même pas se défendre.

5. Un contrat entre Pfizer et Israël, ça fait penser à quelque chose. C’est du déjà vu.

6. Le départ, provoqué, de la pandémie en Chine, à Wuhan, est probablement un crime de masse. Parce que les nombreux morts observés à Wuhan à ce moment, qui sont proportionnellement plus nombreux qu’ailleurs dans le monde, à n’importe quel endroit dans le monde, et par la suite, ne s’expliquent que partiellement par des causes naturelles (fabrication d’anticorps). Ils s’expliquent parce que le virus artificiel a été massivement répandu au même moment à Wuhan par des moyens artificiels.

7. Pierre Barnerias : « Il y a quand même des prix Nobel. Dans ce film. Et bien, tout part à la poubelle. » Commentaire : Prix Nobel, ce n’est pas une référence. Le dernier prix Nobel de physique, un certain Alain Aspect vient de traiter le professeur Raoult de menteur.. A mon avis, il a été nominé pour faire ce genre de calomnie. Ou alors il est trop content, et il veut trop bien faire, montre qu’on a bien fait de lui octroyer cette distinction. Dans tous les cas, c’est lamentable.

8. À propos d’ID 2020.. de la carte d’identité qui comporte également un passeport vaccinal etc.. gérée par un logiciel donc. Il faut expliquer aux gens comment fonctionne l’arbitraire d’un état. Un état pratique une forme d’arbitraire quand il ne respecte pas la légalité vis-à-vis de certains citoyens, alors qu’il la respecte avec les autres. Pour des raisons diverses qu’on regroupait jadis derrière le concept de raison d’état. C’est ainsi que fonctionnent les lettres de cachet.
La Shoah a été organisée au moyen de listes. Les pouvoirs publics devaient élaborer des listes des Juifs et toutes sorts de mesures leur étaient appliquées.

La centralisation de certains services permet facilement de priver certains individus des dits-services.

Une carte d’identité du type de celle que cherche à imposer le WEF permettrait de priver certains individus, même s’ils se font vacciner, s’ils respectent les lois, par exemple du droit de circuler, ou de toutes sortes de choses : jusqu’à disposer de son propre argent, etc.. En fait, c’est la légalisation du vol. Ce n’est pas difficile.

L’on peut prétexter un bug et censurer toutes les informations qui cherchent à dénoncer la portée éventuelle de ce bug. Ou à en minimiser l’impact.

Mais le plus simple consiste à élaborer des règles qui discriminent une partie de la population. Ou de faire en sorte que certaine catégories de personnes tombent sous le coup de certains sanctions.. appliquées par le logiciel en question en un tour de cuiller à pot.

En Chine, les points positifs et négatifs de l’évaluation sociale en vigueur font l’objet de discussions, mais ces discussions ont cours dans un cadre limité. Elles ont en principe un but social. Mais les débats ne sont pas rendus publics. Pour la bonne raison que sinon, c’est le pouvoir médiatique aux mains d’une élite qui dicterait la portée sociale de ces évaluations. Ces débats ne font pas l’objet de remises en cause et d’un débat collectif valablement organisé. Pas à ma connaissance.
Dans un système où les dirigeants qui déterminent les critères de validité des actions des individus, autrement dit qui font les lois, sont tous pratiquement sélectionnés par le WEF ou si leur parti bénéficient de subventions octroyées par les plus riches pour organiser les campagnes politiques les plus efficaces possibles, et en recourant aux médias, n’importe quel type de ségrégation peut pratiquement être organisée. La pratique du secret est systématique. Pas besoin d’une société totalitaire. Il suffit de disposer des médias ce qui est le cas pour orienter les débats, sélectionner les informations. De tels dirigeants ont recours à des formes de maltraitance de toutes sortes de façons, y compris en se servant des services de santé publique, à condition par exemple de contrôler leur personnel en lui imposant un comportement absurde et en virant ceux qui refusent de l’adopter.

La propagande démocratique sert avant tout à masquer et à nier ce genre de pratique. En se servant de certains services ou associations pour créer des organisations contestataires qui servent à contrôler la contestation, on étouffe parfaitement les réactions des individus confrontés à cet arbitraire.
Dans notre société, en plus des CV et autres exigences, des caractéristiques des profils, des listes sont en circulation depuis belle lurette, des listes noires que consultent les RH des grandes sociétés pour engager du personnel. Ces fichiers sont illégaux. Mais ils circulent. Ils servent à refuser des gens que leurs compétences pourraient inciter à engager. Y accéder coûte de l’argent. Ces fichiers permettent de garantir aux employeurs qu’ils engageront un personnel docile, soumis.
En ce qui concerne la fonction publique, ce genre de fichier existe peut-être également.

Aucun contrôle démocratique de ce type de pratique n’est jusqu’à présent organisé, sauf à mettre sur pied des observatoires en tout genre et à informer la population par des canaux indépendants des grandes structures financières qui se servent des institutions et du gouvernement.

9. Un projet d’identification numérique lié à un code secret associé à son statut vaccinal (lire génétique, en fait..), cela implique que tout individu soit traité médicalement et que ce suivi médical soit centralisé également, ce qui est illégal, ce qui va à l’encontre du secret médical, et du principe démocratique de séparation des pouvoirs. Ceci permet aussi d’empoisonner certains individus, et d’invoquer ensuite des complications, des effets secondaires, comme ce fut le cas dans certaines colonies. Rien ne dit que certains effets secondaires qui ont eu une portée létale ne sont pas en réalité des empoisonnements volontaires.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.