L'ACTUALITÉ EN QUESTION

Où va-t-on et qu'est-ce qu'on va faire?

ARCHIVES DU BLOG

Le Plumitif papier existe depuis 1991. Le blog depuis 2001. Des recueils de numéros et d’articles sont en cours de publication.

Les archives du Plumitif
AGENDA

Forums, manifestations, conférences auxquelles participe le Plumitif, ou expos et fêtes organisées par le Plumitif.

Évènements à venir
BOUTIQUE

Pour financer ses activités, ses enquêtes et son matériel, le Plumitif organise une brocante en ligne. 

Brocante en ligne
édito

Nouveau site et motivations.

Vendre quelque chose n’est pas une mince affaire. C’est un don, une passion. Idem du graphisme, de la com. Le Plumitif a plutôt la passion d’analyser l’actualité, la politique, de comprendre les grands enjeux de son époque, et celle d’écrire. Mais pour partager ses analyses, il faut vendre, et faire de la com. De la bonne. Comprendre et communiquer. Pour le Plumitif, tout est là. Mais voilà, lorsqu’on passe par l’informatique et le web design pour communiquer, il s’agit en plus de maîtriser une technologie de plus en plus sophistiquées.
Écrire, lire, analyser, comprendre, communiquer, autrement dit maintenir un site en vie, et tout le reste, n’est pas facile. Rien n’est facile me dira-t-on. C’est vrai. Mais ce n’est pas tout. Tout n’est pas toujours communicable. Comme l’a dit Edward Snowden, il est parfois impossible de dire la vérité. Et communiquer devient à ce moment-là d’une difficulté démentielle. Dans une société avec des riches et de spauvres essayez donc de prétendre que les pauvres ont les mêmes droits que les autres, essayez de faire comme s’il en était ainsi, essayez de dire à ceux qui dominent le monde et la société qu’ils ne font que le dominer de telle ou telle façon, il devient alors très difficile de trouver des lecteurs. À gauche, tout se répète sans cesse parce que sinon on perd le fil. On n’a pas l’esprit commercial. On ne dit pas quelque chose parce que ça va forcément plaire à plein de gens. Même si c’est ce dont on se fait souvent accuser. Notr seule force réside dans l’effort eprmanent que nous faisons pour déchiffrer la vérité, pour coller aux faits. On pense que cela en vaut la peine. mais il est rare qu’on soit de taille à les trouver ces fameux faits, de sorte qu’on s’accrochent toujours aux mêmes. On interprète. on édulcore également. Après, il faut essayer de garder le cap, de tenir la route. Parfois, on explore des pistes sans parvenir à déterminer si cela mène réellement quelque part. Je voudrais avoir mis en ligne un webzine, un visuel tel que l’on comprenne tout de suite qu’on va s’arracher les cheveux, qu’on n’y comprend rien, pour commencer, et qu’on se débrouille avec des lambeaux de vérité. Ce que j’appelle les faits, ce sont des lambeaux de vérité, c’est une vision du monde qui ne tient pas dans des évidences toutes faites, qui ne va pas de soi.
En général, le journalisme, au contraire, essaie de faire état de certaines évidences, les faits dont il traite sont faciles à comprendre. Un tel est très méchant. Telle autre est très gentille. Nos dirigeants sont des personnages importants. Il s’agit de les croire. Tel est le genre de faits dont les médias, les journalistes sont souvent très fiers de faire état, de partager avec leurs lecteurs. Dès qu’on quitte un tant soit peu les rails ainsi posés devant nous, avec une extraordinaire persévérance, dès qu’on dit autre chose, même si l’on est très cohérent, on se sent perdu, on se retrouve parfois très seul. 
Ce webzine a donc très peu de lecteurs. Il navigue complètement en-dehors des sentiers battus et est donc très peu suivi, commenté. L’administrer relève quasiment de l’impossible. Surtout que les techniques de développement et d’administration d’un site web sont  de plus en plus complexes. Cela dit, même quand je me contentais de coder mes pages web en html, cela ne ressemblait à rien.
J’ai remis en ligne un tout nouveau site. Cela sent la peinture fraiche. C’est l’occasion de faire un peu le ménage. À cause de la disparition inexplicable d’un disque dur, les recueils par année des articles publiés sur les sites antérieurs ne seront pas mis en ligne avant longtemps. Qu’on se console en se disant qu’ils n’étaient somme toute pas exceptionnels. L’important est d’y croire.

Outils critiques et
citoyens

Désormais, le but d’une partie de l’humanité est de changer de monde, tandis que le but d’une autre partie de l’humanité est de ne pas changer. Pour le changer, on a coutume de recourir à des outils, qu’il s’agisse de certains appareils critiques, ou d’un autre type d’outils, comme des organisations citoyennes, des techniques d’organisation. On a beaucoup écrit sur ces techniques, par exemple sur l’organising, mais pas assez encore. De nouveaux outils sont nécessaires. Le Plumitif mène une réflexion de fond pour découvrir ce genre d’outils, et pour en constiutuer un lui-même.

Glossaire et mots clefs

Le Plumitif propose un glossaire critique de la politique, et en particulier de la politique belge.

Glossaire
Agenda

Certains évènements comme des manifs, des fêtes de soutien, des projection de cinéma documentaire ne sont que rarement relayés par les médias. L’Agenda du Plumitif propose uen sélection d’activités et d’évènements de ce type.

Agenda du Plumitif
Un mot de la méthode critique utilisée

Un blog qui décortique les faits

Slogans enchanteurs, idées toutes faites, frappantes, discours creux, ou idéologiques, se révèlent souvent plus médiatiques, que la simple et à la fois complexe  exposition des faits. L’essentiel de l’actualité est présentée au moyen de ces figures rhétoriques ou populaires, et la critique du populisme n’y change pas grand chose.
Les gens font souvent aussi de la recherche de la causalité une entreprise parfois très différente de ce qu’ils imaginent. Ils assemblent des causes n’imprte comment et en tirent abusivement des règles générales. Ce genre de raccourcis, de trucages de la pensée séduisent beaucoup de gens.
Le Plumitif essaie de fournir un autre type d’explications, ou d’exposition des faits.

Charte
Des super faits

L’analyse, disons marxiste, impose des faits radicalement différents de ceux qu’on connaît. Des super faits. Pas des pseudo-faits.

Statuts

eut-être réussirai-je un jour à déposer à la banque Carrefour des entreprises les statuts du Plumitif, journal qui paraît quand c’est possible. Il y a trente ans que je fais ce rêve. Ce n’est probablement qu’un rêve. À moins que d’autres se joignent à moi, qu’une équipe se construise et entreprenne de décortiquer les faits avec moi. Quelques dessinateurs, des caricaturistes, bien décidés à se moquer de l’ONU, de l’OTAN, de tous ces grand machins qui nous pourrissent la vie, dont les dirigeants disent souvent n’importe quoi.

Statuts

Attention, ceci est un site en cours de reconstruction. Il manque les articles et le reste de son contenu.